singe-peau-banane

Oui, certains Européens négrophobes comparent le Noir à un singe et parfois ils lui jettent des bananes ou… juste la peau de banane.

En arpentant les couloirs du métro, j’ai vu un acteur noir en costume sur l’affiche du film Les Visiteurs 3. Après avoir cherché en vain son nom du regard, je me souviens m’être dit : « C’est un Noir après tout, normal que son nom n’apparaisse pas. Au moins, il est à l’affiche.»

Terrible que cette réaction me direz vous. Banale, vous répondrais-je. En fait, je suis habituée (comme beaucoup d’autres Noirs, je pense) à un tel degré d’invisibilité que le fait même d’apparaître sur une affiche représente un changement suffisant.

Et puis, le N’Zonzigate est né.

En effet, d’autres se sont indignés sur les réseaux sociaux, à l’instar du « Black Twitter » qui s’est enflammé au point que les médias traditionnels ont relayés l’information.

Depuis le fils de l’acteur a publié une sorte de démenti. Le manager de son père avait oublié de négocier l’inscription du nom de son client sur l’affiche. Cet incompétent a été limogé sans délai suite au scandale provoqué.

Ah, cette histoire a fait remonter des épisodes pénibles de ma vie. Je me souviendrai toujours de l’insulte que mon professeur d’éducation physique m’avait lancée à 8 ans devant toute la classe : « bamboula ». A cette époque non plus je n’avais rien dit. Le professeur s’était excusé. Adulte, j’ai souri aux blagues  du genre sur « mes dents qui brillent dans le noir » évitant ainsi le laïus  sur ma susceptibilité. J’ai souri à l’écoute d’une mauvaise imitation d’accent africain pour éviter les remarques condescendantes telles que : « Non mais tu vois le racisme partout », « Il faut quitter cette posture de victime », « Attends, si on ne peux même plus rigoler, hein ».

Je me suis habituée aux préjugés et à l’invisibilité des Noirs en général dans la société française. Je l’affirme, Mesdames, Messieurs, la négrophobie est partout.

En France elle ne se cache plus (si l’on part du postulat qu’elle était cachée auparavant. Quelques sketches de Michel Leeb donnent à réfléchir).

La Négrophobie existe

Expression d’un racisme hérité des traites orientales et transatlantiques, de l’esclavage et enfin du colonialisme, la négrophobie est à mon sens le pire des racismes. Car il n’a pour seule et unique justification qu’un essentialisme biologique. Le Noir est inférieur parce qu’il est noir. Relégué au rang d’animal (le singe, la tigresse, la panthère etc..), il n’a pas sa place dans le genre humain.

Un proverbe dit que : « Le poisson pourrit par la tête ». J’attendais que les gouvernements successifs tentent d’éradiquer ou d’éduquer la population française sur le fait que l’histoire de l’Afrique et celle de la France étaient intimement liées. Quelle déception fut la mienne.

19 juin 1991. Extrait du discours d’Orléans prononcé par Jacques Chirac :

« Il est certain que d’avoir des Espagnols, des Polonais et des Portugais travaillant chez nous, ça pose moins de problèmes que d’avoir des musulmans et des Noirs (…) Comment voulez-vous que le travailleur français qui habite à la Goutte-d’or où je me promenais avec Alain Juppé il y a trois ou quatre jours, qui travaille avec sa femme et qui, ensemble, gagnent environ 15 000 francs, et qui voit sur le palier à côté de son HLM, entassée, une famille avec un père de famille, trois ou quatre épouses, et une vingtaine de gosses, et qui gagne 50 000 francs de prestations sociales, sans naturellement travailler ! (…)Si vous ajoutez à cela le bruit et l’odeur (…)

« Et ce n’est pas être raciste que de dire cela ». Sic

15 octobre 2010. Invité sur le plateau du 13h de France 2, Jean Paul Guerlain déclara : «Pour une fois, je me suis mis à travailler comme un nègre. Je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé, mais enfin…»

2 novembre 2013. L’opposition à la loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe fait rage, dans la rue certains manifestants scandent : « Y’a bon Banania. Y’a pas bon Taubira », d’autres conseillent à la Ministre de la Justice de manger sa banane. L’hebdomadaire « Minute » ira jusqu’à écrire qu’elle est «  maligne comme un singe ».

30 mars 2016. Lors d’une interview donnée sur RMC et BFMTV, la Ministre des droits des femmes aka Laurence Rossignol osera déclarer “Il y a des femmes qui choisissent, il y avait aussi des nègres afric… des nègres américains qui étaient pour l’esclavage”, a-t-elle déclaré. Quand on sait que thème abordé était la mode pudique, on a du mal à voir le rapport logique de sa réponse avec le sujet traité. Et notons qu’en tant que co-fondatrice du mouvement SOS Racisme, elle devait savoir qu’au milieu du XVIIème siècle le mot “nègre” était synonyme du mot “esclave” dans la langue française.

Attendre de nos chères élites qu’elles impulsent un « renouveau » de l’identité française dans ces conditions (négrophobie ambiante) n’est pas très réaliste. Autant attendre l’annulation du Code Noir…

Tant qu’il n’y a aura pas de statistiques ethniques et de politique de discrimination positive (pas forcément basée sur la couleur de peau, elles pourraient également porter sur des critères sociaux-économiques), la situation des Afro-français ne risque pas de s’améliorer.

Comment se sentir citoyen à part entière quand on ne connaît pas son histoire ? Quand on vit avec l’idée implantée dans le cerveau que les peuples Noirs sont sur terre pour servir, supporter, endurer (Malédiction de Cham, esclavage, traites, génocides) ?

 

Réhabilitation et Estime de soi

La lecture de « Nations Nègres et Culture » de Cheik Anta Diop m’a ouvert un monde jusqu’alors inconnu. L’Afrique ETAIT avant l’arrivée de l’Homme Blanc. La civilisation n’est pas le monopole de la vieille Europe.

Etre Noir(e) et Afrodescendant(e), c’est s’inscrire dans une histoire riche, longue et encore inexplorée sur biens des points.

Avant, je ne comprenais pas cet acharnement à exhumer du sable d’Egypte ou du Soudan, l’histoire des peuples africains. En quoi savoir que les pharaons étaient de type négroïde était-il pertinent ? Pourquoi s’appesantir sur le passé quand le continent africain est vidé de ses matières premières et rongé par la guerre, quand les Noirs sont discriminés à travers le monde ?

Parce que la colonisation a muté après l’accès à l’indépendance des pays africains et que les préjugés racistes et paternalistes créés pour justifier la marchandisation des êtres humains Noirs perdurent. Prenons l’exemple du « Discours de Dakar » prononcé par, le Président de la République d’alors, Nicolas Sarkozy et écrit par Henri Guaino) :

Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire. Le paysan africain, qui depuis des millénaires, vit avec les saisons, dont l’idéal de vie est d’être en harmonie avec la nature, ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles (…) Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n’y a de place ni pour l’aventure humaine, ni pour l’idée de progrès. (…)  Le problème de l’Afrique, c’est de cesser de toujours répéter, de toujours ressasser, de se libérer du mythe de l’éternel retour, c’est de prendre conscience que l’âge d’or qu’elle ne cesse de regretter, ne reviendra pas pour la raison qu’il n’a jamais existé (…) Le problème de l’Afrique, ce n’est pas de s’inventer un passé plus ou moins mythique pour s’aider à supporter le présent mais de s’inventer un avenir avec des moyens qui lui soient propres.

L’Homme Blanc du haut de son perchoir, gonflé de sa suffisance vient sur nos terres nous expliquer que le problème de l’Afrique ce sont les Africains et leur naïveté de « bon sauvage ». Il faudrait donc se contenter de croire que les traites, la racialisation de l’esclavage, la colonisation et le sous- développement endémique du continent africain représentent la globalité de notre histoire.

Cheik Anta Diop s’est sûrement retourné dans sa tombe. Et tous les Africains du Continent et leurs diasporas se sont sentis insultés. Gravement. Ainsi, toute histoire qui ne vient pas d’Occident est considérée comme étant « inventée »… Ethnocentrisme te voilà.

Ces paroles sont d’autant plus révoltantes qu’elles expriment une vision mondialement partagée de l’Homme Noir ; c’est un grand enfant assis sur un tas d’or auquel il suffit de donner en échange quelque broutille pour se servir.

Quand je pense qu’un curé avait dit à ma Grand-Mère que Jérusalem était « au Ciel » et que ma Mère a appris à l’école que les Gaulois étaient ses ancêtres ! Ne parlons pas de l’histoire de la décolonisation que l’on m’a enseignée. Le postulat était le suivant : l’Occident avait apporté la civilisation aux peuples africains sub-sahariens et au monde en général grâce à la colonisation. Et puis l’Europe a entamé un processus de décolonisation pacifique de ses territoires africains.

Ainsi, “la France gaullienne”, dans sa grande mansuétude, avait accordé leur indépendance aux colonies. PACIFIQUEMENT. Et pourtant au Kamerun, pendant 7 ans la France a menée une guerre totale (et secrète) contre le mouvement indépendantiste « UPC » (Union des Populations du Cameroun) causant ainsi la mort de dizaine de milliers de personnes…

Et si vous n’avez pas encore la nausée, ça viendra avec cet autre extrait :

La colonisation n’est pas responsable de toutes les difficultés actuelles de l’Afrique. Elle n’est pas responsable des guerres sanglantes que se font les Africains entre eux. Elle n’est pas responsable des génocides. Elle n’est pas responsable des dictateurs. Elle n’est pas responsable du fanatisme. Elle n’est pas responsable de la corruption, de la prévarication. Elle n’est pas responsable des gaspillages et de la pollution.

C’est vrai. La colonisation n’est pas à l’origine des maux actuels. C’est le néocolonialisme qui est « responsable de toutes les difficultés actuelles de l’Afrique », des « guerres sanglantes que se font les Africains entre eux ». Et les réseaux de la « Françafrique » sont, eux, responsables du maintien de dictateurs qui affament leur population.

Face à cette falsification de l’Histoire, une réappropriation de notre héritage historique est cruciale et urgente. Car c’est elle qui nous permettra de reconstruire notre identité afrodescendante.

L’histoire des Noirs du point de vue d’historiens, d’ethnologues, d’anthropologues Noirs constituerait un moyen de retrouver notre dignité en tant qu’être humain social et économique Noir.

N’en déplaise à certains, Le Noir à l’instar du Blanc n’est pas un singe.

Capture d’écran 2016-05-04 à 15.43.53

Les peuples Noirs africains ont été vendus (traites), asservis (esclavage), massacrés. Jusqu’en 1994 il existait encore en Afrique du Sud un projet scientifique soutenu par le gouvernement qui avait pour but de créer des armes chimiques pour exterminer les Noirs. Le monde capitaliste dans lequel nous vivons n’aurait jamais vu le jour sans le travail forcé et non rémunéré de millions de femmes, d’hommes et d’enfants Noirs d’Afrique.

Malgré l’exploitation humaine et matérielle de l’Afrique pendant des dizaines de siècles, nous sommes encore là. Par millions. Increvables. Nous sommes Légion.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partage cet article

Ecrit par Le Miroir

Laisse un commentaire